Corvéables à merci vu par…

Voici un reportage qui dénonce un drame de société, l’importation de main d’œuvre des pays pauvres, ici des domestiques employés dans les pays riches tels que le Liban, l’Arabie Saoudite et Hong Kong.
Au centre de cette histoire, des femmes philippines qui quittent leur pays pour offrir à leurs enfants ou leur famille un avenir meilleur, en dépit de leur santé, voire de leur vie.
Ce reportage offre donc la parole à une minorité maltraitée, exploitée et pas écoutée, excepté par d’autres minorités. Voulant se mettre à la hauteur de la misère de ces femmes, ce reportage répond bien aux questions qu’il pose.
Cependant alors que le film propose à une minorité de s’exprimer, pourquoi les femmes sont-elles traduites en voix off sur leurs paroles ? Comment peut-on prétendre les écouter, si nous n’entendons pas leur voix s’exprimer dans leur langue ? Selon une des réalisatrices, ceci a pour but de faciliter le visionnage du programme par le spectateur, mais comment peut-on prétendre se mettre à la portée des autres, si nous téléspectateurs ne faisons pas l’effort de les entendre ?
Bien sûr, ce défaut n’empêche pas le plaisir du visionnage, nous voyons que la réalisation ne reste pas sans défaut mais remplit parfaitement son rôle, grâce à l’utilisation de moyens techniques et une recherche de la symbolique par des cadrages de qualité, sans pousser une recherche d’esthétisme, ce qui rend le tout de ce reportage fort instructif et plein de richesse.

Rodolphe Cadoret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s