I go back home : Jimmy Scott vu par…

Synopsis : Quand un producteur se bat pour capturer une dernière fois la voix unique de Jimmy Scott.
Film réalisé par Yoon-cha Chang

Jimmy Scott a influencé une génération de fans de jazz, mais au fil des années la notoriété qu’il avait s’est dissipée.
Ce film est en lui-même un voyage musical dans le monde du jazz. Dès le début du film, l’ambiance est installée par un rythme jazz de batterie. Première écoute de la voix de Jimmy Scott, les frissons sont au rendez-vous, la voix de cet homme est magnifique et elle nous plonge directement dans le sujet : le film retrace le combat acharné de Ralf Kemper, qui lutte pour enregistrer cet artiste une dernière fois au vu de son âge. Le film est composé de deux contenus différents, d’un côté on suit le producteur qui recherche des artistes qui pourraient intervenir dans les enregistrements, (qui sont d’ailleurs très nombreux) et qui monte son projet et de l’autre côté, le réalisateur a placé des interludes musicaux, semblables à des clips. Les images des interludes sont magnifiques, les plans utilisés montrent une fragilité dans le personnage de Jimmy Scott qui disparaît très vite lorsque que l’on entend sa voix. C’est un film très captivant qui m’a fait vraiment découvrir et aimer le jazz, il met en valeur un talent oublié par le temps, tout en contant une amitié entre le chanteur et son producteur. Je l’ai vraiment apprécié de la première à la dernière minute, je n’ai pas pu quitter l’écran des yeux, je le recommande vraiment.

Hugo Duvignacq.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s